Comment monétiser et rentabiliser SES ÉCRANS D’AFFICHAGE DYNAMIQUE en magasin ?

Avoir des écrans d’affichage dynamique dans son magasin, c’est bénéficier d’espaces de publicitaires supplémentaires pour ses campagnes et actions de communication. En plus, vous gagnez du temps, car la gestion d’un parc d’écrans se fait en toute facilité. Mais il est aussi possible de générer des revenus avec ces affichages. Les solutions pour les monétiser et les rentabiliser sont de passer les publicités des fournisseurs et des annonceurs. Soit vous installez votre propre réseau de PLV dynamique et cherchez les annonceurs par vous-même, soit vous faites appel à une régie publicitaire pour les faire à votre place. Dans les deux cas, voici les conseils pour réussir la monétisation de vos écrans.

Installer son propre réseau de PLV

L’installation de votre propre système d’écrans d’affichage dynamique est une idée simple en apparence, mais elle exige beaucoup de travail et un investissement conséquent. Vous allez acheter vos écrans vous-même auprès d’un prestataire, ainsi vous pouvez choisir leur nombre, leurs installations et leurs utilisations. Le plus grand avantage est que vous contrôlez et gérez votre système en toute autonomie, notamment les contenus que vous publiez. À vous de décider où installer votre affichage dynamique, si vous souhaitez diffuser des vidéos, des visuels, des images, des informations, des promotions ou encore à quel moment les diffuser. La planification est possible, mais la mise à jour s’effectue en temps réel en cas de changement.
Comment monétiser ses écrans ? Tout simplement en accordant un « emplacement » aux spots publicitaires des fournisseurs et autres annonceurs. C’est à vous de démarcher ces annonceurs, c’est là où les choses se compliquent. Quels conseils pour faire des profits ?
Fixez vos objectifs : les affichages dynamiques permettent, par exemple, d’améliorer l’expérience client, de dynamiser et moderniser le point de vente, d’animer durant les temps forts, etc. Trouvez donc du temps pour les annonceurs, dont les publicités s’alignent ou se complètent avec votre stratégie pour garder une certaine cohérence.
Démarchez les annonceurs locaux : les clients, les fournisseurs, les annonceurs à l’échelle locale sont, généralement, les premiers partenaires publicitaires que vous pouvez séduire. Mettez en avant les avantages d’un écran d’affichage digital pour leur publicité institutionnelle, utilisez les chiffres (nombre de clients, visites, écrans, etc.) ou offrez des services en plus comme la création de contenus ou une place pour les flyers à la caisse pour convaincre.
Limitez le temps d’écran des publicités : il est tentant de diffuser le maximum d’annonces afin de gagner plus d’argent sur la diffusion, mais il y a un risque qu’elles occultent vos propres actions de communication. Cela peut se répercuter sur vos résultats commerciaux. Dans l’idéal, les publicités ne doivent pas occuper plus du tiers du temps total.
Adoptez un système de gestion de contenus simple : pour administrer les campagnes de communication au sein de vos points de vente, utilisez un système de pilotage simple vous permettant de planifier la durée d’un spot, la période et la fréquence de diffusions, le nombre et la géolocalisation des écrans, etc.

Passer par une régie publicitaire pour un DOOH advertising

Le concept change si vous optez pour les écrans DOOH (Digital Out-Of-Home) d’une régie publicitaire. Cette dernière, une entreprise externe, sera le propriétaire du système et du parc d’écrans. Elle prend en charge la fourniture et l’installation des dispositifs d’affichage dynamiques jusqu’à la gestion des contenus. Un spécialiste en DOOH possède, généralement, un réseau composé de dizaines à des milliers d’écrans installés dans différents points de vente du pays. Il peut lui-même optimiser la diffusion des campagnes publicitaires, créer des scénarios de diffusion, automatiser les émissions des spots, moduler le budget. Bref, il s’occupe de tout et vous fait économiser du temps.
Comment ça fonctionne ? Le prestataire DOOH démarche des annonceurs potentiels et leur vend un temps d’écran. Votre point de vente reçoit un pourcentage à l’instant en fonction ses termes de votre contrat. Vous gagnez un revenu supplémentaire sans aucun effort. La question de rentabilité dépendra de votre accord.
Identifiez les avantages pour vos annonceurs : votre enseigne dispose de données clients ou data in-store précieux pour qualifier l’audience. L’accès à cette cible qualifiée et, souvent, géolocalisée est un argument de taille pour négocier avec un prestataire DOOH.
Soyez attentifs aux conditions : interrogez votre prestataire concernant la taille de son réseau, le taux de remplissage (quel contenu sur un temps d’écran « libre »), le pourcentage reversé, les critères de sélection des publicités, les techniques de mesure de l’audience et les différentes conditions pour que cela soit plus rentable.
Ciblez les publicités : avant la signature du contrat, demandez-vous aussi s’il est vraiment intéressant pour vous et votre clientèle. Les publicités proposées par le prestataire s’avèreront-elles pertinentes pour vos cibles ou au contraire, gâcher l’expérience client si elles sont jugées intrusives ?

Combien rapportent les spots sur vos écrans d’affichage dynamique ?

En règle générale, on parle de coût par CPM pour les revenus publicitaires générés par une pub à l’écran en point de vente. Le CPM correspond au cost per mille, c’est-à-dire le prix pour 1000 diffusions. Le coût moyen est estimé à environ 8 $/CPM, sur une plage de 1 à 30 $/CPM. Concrètement, si vous diffusez une annonce pendant 10 secondes par minute sur 8 heures, 5 j/7, vous allez réaliser 11 500 affichages. Avec un forfait de 150 €/mois sur cette annonce, votre CRM par est égal à 13 € ; avec 100 €/mois, il est à 8,69 € et avec 50 €/mois, il est à 4,34 €.
En règle générale, on parle de coût par CPM pour les revenus publicitaires générés par une pub à l’écran en point de vente. Le CPM correspond au cost per mille, c’est-à-dire le prix pour 1000 diffusions. Le coût moyen est estimé à environ 8 $/CPM, sur une plage de 1 à 30 $/CPM. Concrètement, si vous diffusez une annonce pendant 10 secondes par minute sur 8 heures, 5 j/7, vous allez réaliser 11 500 affichages. Avec un forfait de 150 €/mois sur cette annonce, votre CRM par est égal à 13 € ; avec 100 €/mois, il est à 8,69 € et avec 50 €/mois, il est à 4,34 €. Les variantes comme vos plages horaires, le temps d’écran ou nombre de diffusions, les règles publicitaires sont parmi les points sur lesquels jouer pour obtenir de meilleur. Par ailleurs, passer des spots publicitaires locaux ou régionaux rapporte plus par rapport aux publicités diffusées à l’échelle nationale. Pourquoi ? Parce que vous assurez leur présentation et leur visibilité auprès d’une audience qualifiée. En prime, les paiements sont plus réguliers.